Ensemble Polyphonique de Versailles Du siècle des lumières à nos jours

Le 22 novembre 2019 à 20h30

Fauré – Requiem / Stravinsky – Symphonie de Psaumes

Eglise Saint-Antoine de Padoue - 78150 LE CHESNAY

Gabriel FAURÉ (1845-1924) – Requiem


Fauré dit lui-même :”Mon Requiem a été composé pour rien … pour le plaisir si j’ose dire !” Une première version, comptant 5 numéros, est donnée en janvier 1888 pour l’enterrement d’un paroissien de la Madeleine à Paris, avec un orchestre des plus modestes : quelques cordes (altos, violoncelles, contrebasses, plus un violon dans le Sanctus), une harpe, des timbales et l’orgue. Dans une 2ème version, Fauré ajoute l’Offertoire et le Libera me, tous deux pour un baryton soliste, et étoffe l’orchestre avec des cuivres. Une “orchestration définitive”, pour grand orchestre, est créée en juillet 1900 à l’Exposition universelle de Paris et connaît un succès immédiat, mais elle est sans doute assez éloignée des intentions premières de Fauré. “Peut-être ai-je aussi d’instinct cherché à sortir du convenu. Voilà si longtemps que j’accompagne à l’orgue des services d’enterrement ! J’en ai par-dessus la tête. J’ai voulu faire autre chose. […] Un Requiem doux comme moi-même”, assurément bien éloigné de la grandiloquence et du fracas de certains de ses contemporains.

Notes d'après Guide de la Musique sacrée et chorale profane, éd. Fayard 

Igor STRAVINSKY (1882-1971) – Symphonie de Psaumes


Écrite en 1930, la Symphonie de psaumes est destinée à un effectif très particulier, l'orchestre ne comportant ni violon ni alto, mais deux pianos, et les tessitures extrêmes des vents y sont favorisées. Composée sur des textes en latin choisis dans la Bible par Stravinsky (Psaumes 38, 39 et 150), dans sa période de retour à la pratique religieuse, la partition porte l’inscription suivante : “Cette symphonie composée à la gloire de Dieu est dédiée au Boston Symphony Orchestra pour le cinquantenaire de son existence”. Elle comprend 3 mouvements : 1-Exaudi orationem meam Domine. 2- Expectans expectavi Domine. 3- Alleluia laudate Dominum.

La progression de l'oeuvre est remarquable : une certaine gravité, empreinte de dignité, caractérise les deux premiers psaumes alors que le dernier hésite entre l'action de grâces et l'allégresse, emporté dans un extraordinaire tournoiement sonore.

Extrait de notes de programmes de Dominique Druhen

Notre prochain concert

epv_affiche12022019_a4-moliere-bd